C’est parti avec un bon rythme pour les écoles de Brenne-Val de Creuse

Les nouveaux rythmes scolaires sont adoptés depuis le mois de septembre 2014 dans les écoles de la Communautés de communes de Benne-Val de Creuse. Et le nouveau rythme est particulièrement bien adopté à Ruffec, où pour leur part, les écoliers ont droit de se consacrer à 5 activités périscolaires différentes.

Les écoles ont entamé un nouveau rythme avec de nouvelles activités périscolaires

Le temps consacré aux préparations de la mise en place des nouvelles activités périscolaires dans les écoles était peut-être long. Toutefois, pour la Communauté des Communes en particulier, une année de sacrifices en ce sens en a valu la peine, car l’opération exécutée en septembre par la CDC porte bien ses fruits. La première réunion de bilan des nouveaux rythmes à Ruffec plus spécialement le prouve : les enseignants, élèves et élus sont autant les uns que les autres satisfaits de ces nouveautés dans les écoles. C’est alors une cinquantaine d’élèves qui dans cette ville a déjà profité de diverses nouvelles activités, proposées dans les 19 établissements du territoire : football, golf, équitation, judo, badminton notamment, dispensés les mardis, jeudis et vendredis.

Nouveaux rythmes dans les écoles : le travail énorme requis avant l’exécution de l’opération

Les résultats sont déjà satisfaisants, cependant, avant d’arriver à adopter un nouveau rythme dans leurs écoles, les responsables de Brenne-Val de Creuse ont dû fournir un énorme travail. Une tâche qui ne se serait fait sans régler notamment les problèmes de locaux et de circuits de transport scolaires. Néanmoins, la mise en œuvre des nouvelles activités n’aurait pas été possible non plus sans les salariés de la CDC comptant alors 69 dévoués ni sans les prestataires extérieurs, au nombre de 57 pour un encadrement d’environ 1300 écoliers.

Les petits de la maternelle ont dû mal à adopter les nouveaux rythmes

Les nouveaux rythmes dans les écoles profitent ainsi à tous les partis, cependant, force est de constater que les petits de la maternelle semblent ne pas faire le poids face à cette « machine lourde » en pleine évolution comme le déclarent eux-mêmes les salariés de la CDC. Mais, en parlant de poids, le système du nouveau rythme nécessite un financement annuel de 185 000 euros pour une école. Pour sa part, Ruffec poursuit le défit, étant bien armé à ce niveau.

Laisser un commentaire