La Ville de paris ; les travaux sur les églises en péril

Depuis des années, l’état de délabrement de plusieurs édifices religieux parisiens a fait la préoccupation des habitants, des prêtres et des élus. L’incident qui est survenu à l’église Saint-Louis en l’Ile dans le IVème arrondissement a relancé ce dossier épineux. Olivier de Cagny, le curé de la paroisse, raconte avoir vu le bout de la croix qui s’est cédé du clocher pour rebondir sur la toiture avant de tomber sur le sol vers 14 h 30. Ce morceau tombé à côté de l’ecclésiastique est fait en en fonte et pèse 3,5 kg.

Les pompiers sont arrivés le jour d’après pour s’assurer de la solidité de cette croix, qui se place à une vingtaine de mètres. Des filets de sécurité recouvrent la façade et le clocher les pierres ne chutent pas et les toitures sont tapissées de bâches depuis plus de 7 ans. Olivier de Cagny s’attend à l’accélération du calendrier des travaux par cet incident.

Vincent Roger, le conseiller de Paris, juge que le plus urgent est de mettre en place un système de sécurisation quant à cet édifice religieux se trouvant près d’une école. De ce fait, il a aussitôt exigé un plan de sauvegarde du patrimoine religieux de la capitale. Il a dit que la Ville, la région, l’Etat, le diocèse et des mécènes doivent discuter autour d’une table pour trancher sur les mesures qui s’imposent. L’alerte a été déjà déclenché par le maire du IVème, Christophe Girard. Ses collaborateurs affirment l’inscription des travaux dans le plan d’investissement de la mandature.

Une enveloppe de 80 M€ pour les travaux en décembre

L’entourage de Bruno Julliard, l’adjoint à la maire de Paris chargé du patrimoine indique que cet incident était imprévisible. Aucune faille n’a été identifiée par les services de la Ville, qui avaient pour travail de contrôler l’état du clocher fin octobre. Des alpinistes et une nacelle ont été prévus pour faire partie du nouveau contrôle de sécurité.

Cependant, cet état de délabrement inquiétant ne concerne pas que l’église de l’île Saint-Louis. En effet, une statue de l’église Saint-Augustin dans le VIIIème a lâché deux blocs de pierre et sont tombés par terre. Même avec les travaux faits sur les églises de Saint-Merri dans le IVème et Notre-Dame-de-Lorette dans le IXème, celles-ci affichent sont encore très détériorées. La menace d’effondrement de l’église Saint-Germain-de-Charonne, surplombant la rue Saint-Blaise dans le XXème a fait l’objet d’un arrêté de péril signé par la préfecture de police.

Une enveloppe de 80 M€ sera débloquée en décembre, d’ici à la fin de la mandature pour les travaux à apporter sur les édifices religieux en péril. Avant l’été, les sites prioritaires devraient être annoncés. L’église Saint-Louis en l’Ile et la Sainte-Trinité dans le IXème figurent peut-être dans la liste.

Laisser un commentaire