Sea Shepherd n’est pas la bienvenue au Japon

Son nom a une connotation salvatrice, mais elle constitue aussi la bête noire pour plusieurs, les pêcheurs spécialement. Au Japon, elle ne semble pas du tout la bienvenue : 8 membres de Sea-Shepherd se sont vus refoulés à l’entrée du territoire du Soleil Levant. Pour cause, aucun motif valable de leur visite au pays nippon n’aurait été donné.

Des membres de Sea Shepherd interdits d’accès au territoire japonais

Créée en 1977 par un écologiste canadien, Sea Shepherd est une ONG dédiée à la protection des animaux marins. Aussi dénommée Sea Shepherd Conservation Society, ses mascottes ne sont autres qu’une baleine et un dauphin. Défendant plusieurs causes, elle milite particulièrement pour l’arrêt de la chasse aux dauphins au Japon et pour l’arrêt de la chasse à la baleine en générale. En 2014, 8 membres de l’association ont été interdits d’accès au territoire nippon. Ayant déclaré une visite touristique comme raison de leur séjour, ces militants, interrogés par les autorités, n’avaient néanmoins pas pu justifier leurs intentions claires en arrivant au pays. Les agents de l’immigration japonaise réclamaient en fait un itinéraire détaillé de leur séjour. Au final, les membres de l’ONG ont avoué la raison réelle de leur visite, ce qui leur a valu une expulsion rapide de l’aéroport (celle de Narita et d’autres aéroports internationaux japonais).

Les projets de Sea Shepherd brouillés par la loi sur le contrôle de l’immigration japonaise

Pour des touristes tels que les militants de Sea Shepherd, accéder au territoire japonais relève d’un véritable parcours du combattant face à la loi inflexible sur le contrôle de l’immigration sur ce sol nippon. Ayant d’autant plus fortifié ses campagnes au pays contre la chasse aux dauphins et à la baleine, l’ONG aura désormais encore plus du mal à convaincre les agents de contrôle japonais de la laisser franchir l’entrée de leur pays. Sea Shepherd a en effet réussi à stopper momentanément le programme de recherche baleinière en Antarctique début 2014 et se trouve réputée pour ses manifestations influentes contre la chasse aux dauphins dans la baie de Taiji. Une réputation qui renforce encore plus vigilance des autorités de l’immigration nippone. Le Japon, lui, prétend effectuer la chasse aux cétacés dans un but scientifique.

Laisser un commentaire