Le sommet sur la paix en Ukraine s’accompagne de l’intrusion de 50 chars ennemis

Alors qu’il se déroule le jeudi 12 février 2015 au matin, les circonstances qui entourent le Sommet de la paix en Ukraine laissent penser que ce dernier n’est que « du vent ». 50 chars, 40 lance-roquettes multiples Grad, Ouragan et Smertch, bref de l’artillerie lourde était simultanément introduite via la frontière séparant le pays de Minsk et la Russie.

Un accorde sur la paix en Ukraine définitivement fragile, comme le dit le Président français

Jeudi 12 février. Alors que les responsables se réunissent autour d’une table en vue de signer un cessez le feu en Ukraine, un événement vient remettre en cause voire anéantir la viabilité de l’accord de paix entrevu. En effet, au même moment, la Russie, ennemie jurée du pays de Minsk renforce sa position en traversant la frontière russo-ukrainienne afin d’y introduire de l’artillerie lourde et des blindés : 50 chars et 40 lance-roquettes multiples notamment. Et la direction de la traversée entreprise à ce moment-là par les troupes de Poutine fortifie les doutes sur la durabilité de l’accord prévu entre les deux opposants : la Russie franchissait le poste de contrôle d’Izvariné, entre les capitales séparatistes de Donetsk et Lougansk, où cette première réussit à assiéger pratiquement toute l’armée ukrainienne.

Les dirigeants des pays concernés parviennent à un texte commun

Malgré les événements troublants qui se déroulent au moment même où ils signent leur accord de paix, Vladimir Poutine, Petro Porochenko, François Hollande et Angela Merkel parviennent à un texte commun, après un sommet d’une nuit. Ceux-ci se rencontraient en fait en vue d’établir un cessez le feu entre la Russie et l’Ukraine, entrées dans une guerre ayant déjà fait plus de 5000 morts depuis un an. Alors que l’ennemie russe continuait donc à renforcer ses troupes et ses équipements, le contrat de Minsk avait débouché sur une pause censée être mise en œuvre à compter du dimanche suivant ce dernier. Autre point sur lequel les dirigeants sont parvenus à s’entendre : la création d’une zone démilitarisée élargie.

Laisser un commentaire